retour Saint-Jean du Mont d'Anzin - Doyenné de Valenciennes - Diocèse de Cambrai
account_circle

"Fends le cœur de l'homme, tu y trouveras un soleil..."

Edito du Père Pierre en ce 4eme dimanche de Pâques.

Très marqué par l'expérience que j’ai vécue à l'aumônerie de la prison de Maubeuge, je vous livre ce beau témoignage.
Père Pierre

Lettre d'un prisonnier à son Evêque pour lui demander le baptême

« Je viens de... Et je vous avoue que porter mon nom de famille n'est pas facile, car je n'ai pas vraiment été adroit pour qu'il soit moins lourd à porter ; j’ai gâché ma jeunesse en prison, les amis m’ont oublié et je me suis retrouvé vite avec ma peine.


J'y suis depuis quelques temps en prison, il fallait supporter les accusations pas forcément vraies, le décès de mon père et des proches, des amis.


Jésus frappe depuis longtemps à ma porte, j'ai traversé des moments « noirs » mais la lumière infime restait et m'a permis de m’accrocher. J'ai rouvert ma Bible, mais cette fois-ci pour retrouver des moments de doute, des questions sans réponse, et très vite replonger dans la haine, la rancune, la rage, mais tout ça m'a conduit à une « autoconsommation de moi-même.


Trouver la paix fut mon objectif en voyant des gens qui me parlaient avec douceur et équilibre.

 

Je voulais et je veux trouver la paix, je veux marcher sans me sentir basculé comme le rocher battu par les vagues qui ne bouge pas.


Le baptême, c'est pour moi recevoir ce que Jésus a reçu, il me mène et me pousse à continuer le chemin de Jésus et même de poursuivre ce chemin avec Lui. Jésus ne s'est pas arrêté sur une croix, mais II continue avec nous, Ressuscité, et je veux faire ce chemin avec Lui.


Je suis passé par plusieurs prisons, j'arrivais et je demandais à m’inscrire sur la liste de l'aumônerie et ma première question était: « Puis-je recevoir le baptême? »

 

On m’a refusé la préparation.

 

J'ai ensuite atterri à Mulhouse, j'étais très triste, loin de ma famille, mais voilà, toujours avec l’envie de prier.


Je m'inscris à l'aumônerie, je participe, j’hésite, puis désespérément je me jette à l'eau: « Pardonnez-moi, père, est-il possible de recevoir le baptême ? » Il appelle l’équipe, il discute et il me dit que oui.


À ce moment je ne laisse rien paraître, je rentre en cellule, et j'ai compris que mon transfert n'était pas en vain ; c'est le Seigneur qui m’a guidé vers le baptême. Ce fut pour moi une nouvelle vie qui commençait, j'étais bien content.


Je me suis mis en chemin avec la religieuse de l'équipe, c'était encore plus dingue, et nous avons fait un parcours unique, dans la foi, en trouvant la réponse à mes doutes, en lisant la Parole de Dieu, en partageant mes difficultés, mes découvertes, et je me faisais une seule raison : c'est que ce temps de prison devenait un temps de grâce pour moi.


Dieu m’aime, c’est indéniable, mon expérience me le rappelle, Il me guide au baptême malgré tout.


Toute la préparation que j’ai vécue m'a fait prendre conscience de beaucoup de choses.


Je suis content de recevoir le baptême et la communion car ça me coûte de ne pas pouvoir communier au Corps du Christ : après mon baptême je le pourrai !


Je voudrais dire à tous la joie que j'ai dans mon coeur et la faire déborder comme un fleuve pour que d'autres soient heureux comme je le suis.


Monseigneur, je ne demande pas autre chose que la grâce du baptême : ce sera le plus beau jour de ma vie ! »
En tout homme, même le plus brisé par la vie, Dieu fait se demeure !


Courrier de la Fraternité Séculière Charles de Foucauld, n°168

Article publié par Anne- Fleur • Publié Vendredi 20 avril 2018 • 137 visites

keyboard_arrow_up