Monseigneur Dollmann et le père Jean-Marie Launay en visite aux Ateliers du Hainaut, à Anzin

L'archevêque, Monseigneur Vincent Dollmann, et le doyen de Valenciennes, Jean-Marie Launay, ont visité ce jeudi l'ESAT (Etablissement et service d'aide par le travail) d'Anzin. Une belle réalité de notre territoire.

Près de trois heures de visite, d'échanges et de belles rencontres ce jeudi à l'ESAT (Etablissement et service d'aide par le travail) des Ateliers du Hainaut à Anzin : après avoir été accueillis par le président de l'APEI du Valenciennois, Georges Maillot, qui leur a présenté les différentes structures et activités du groupe, Monseigneur Dollmann et le père Jean-Marie Launay ont pu se rendre aux Ateliers du Hainaut, à Anzin, pour découvrir les réalités d'une véritable pépinière de talents.

Créé en 1968, ce site accueille aujourd'hui 250 personnes qui travaillent le fer ou le bois avec le même savoir-faire et la même acuité. 

Sur les lieux, "ça fourmille", résume très bien le directeur de l'ESAT, Jean-Christophe Majka qui a guidé ses hôtes tout au long de cette fin de matinée. Les uns sont au conditionnement de jolis colis de Noël pour une grande ville du secteur, les autres créent des pièces de chauffages. Ici, on gère des stocks ; là on fait de l'assemblage industriel ou on réalise du mobilier à la demande du client, particulier ou entreprise. 

Promotion et défense de la personne

La mission de l’ESAT, indique-t-on sur site, est de favoriser la professionnalisation des personnes handicapées, en partant d’une évaluation de leurs potentiels, de leurs attentes et de leurs besoins. La promotion et la défense de la personne sont ici très prégnantes, ainsi que l'avait annoncé Georges Maillot en préambule. 

Objectif : contribuer, pour ces travailleurs, à l’acquisition d’un métier à l’ESAT ou à l’extérieur, dans le cadre d'une insertion en milieu ordinaire.

Une belle réalité de notre territoire qui s'inscrit dans la tradition des APEI du Valenciennois depuis 1961.

Clin d'oeil de l'histoire : le père Jean-Marie Launay y était en terrain connu puisque son papa André qui a donné son nom au SESSAD (Service d'éducation spéciale et de soins à domicile) de Saint-Saulve, a longtemps oeuvré pour l'APEI du Valenciennois et contribué à son rayonnement.

Article publié par Service communication • Publié le Jeudi 01 décembre 2022 • 431 visites

keyboard_arrow_up