Eglise catholique - Diocèse de Cambrai - Cathocambrai.com

Portrait de l'abbé Pierre Defaux

Portrait de notre abbé Pierre en ce jour du jeudi saint, jour de fête pour tous les prêtres, qui institue la première eucharistie.

Ordonné prêtre le 29 juin 1985 à Solesmes (jour de la Saint Pierre), à la veille de ses 40 ans. Pierre a un parcours atypique puisque sa vocation est dite tardive.

 

Pierre s’est senti appelé très jeune au service de Dieu. Cet appel, enfoui en lui, se réveille lorsqu’il rencontre par hasard un homme prêt à rentrer au séminaire. Voici en quelques mots son parcours en ce jour du jeudi saint, jour de fête pour les prêtres.

Sa jeunesse

Pierre Defaux naît le 21 juillet 1945 à Saint Amand les Eaux. Il grandit dans le Val de Sambre avec un petit frère qui arrive en 1948. Toute sa jeunesse se passe à Jeumont. Il fait des études secondaires de lettres à Lille. En mai 68, il est étudiant. Ses études achevées, il devient professeur de lettres au lycée de Maubeuge, à Notre Dame de Grâce. Il enseigne les lettres aux Secondes et aux premières, il a 23 ans.

Ses goûts

Pierre est particulièrement marqué par son professeur de français au collège, notamment pour ses goûts littéraires. L’abbé Nicolas WATTIEZ, prêtre et professeur au collège a un esprit ouvert et le sensibilise à Sartre, Camus, Mauriac, Giono, Malraux… C’est là que nait un attrait remarquable pour les auteurs et les livres qui le conduira à une révélation majeure, l’œuvre de Marcel Proust qu’il ne cesse de lire et relire sans négliger les écrivains d’aujourd’hui.

 

Un lieu-source pour Pierre est celui de la basilique et la colline de Vézelay dans l’Yonne. Ce lieu est particulièrement attaché à sa « conversion » et à sa décision de s’engager librement dans l’église.

Pierre est également très marqué par la vie et la spiritualité de Charles de Foucauld. Il appartient d’ailleurs à la fraternité Charles de Foucauld. Pierre voue aussi une grande dévotion à Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus et à Saint François d’Assise.

Sa vocation

Sa famille n’est pas spécialement très imprégnée par la foi même s’il reçoit une éducation chrétienne. Pierre se sent appelé dès l’enfance, vers l’âge de 5 ans, quand on lui demande ce qu’il veut faire plus tard, il déclare qu’il veut être pape !

 

Très jeune, Pierre est sensible à la beauté de la liturgie des offices. Pourtant, la messe est en latin et il ne comprend pas grand-chose mais tout est chanté et cela parle au petit Pierre. L’amour de la musique reste toujours très vivant. On pourrait même dire que c’est sa « deuxième religion » !

 

L’appel de Jésus, Pierre le met au placard durant un certain nombre d’années. Et passe beaucoup de temps sans même pratiquer. Mais Pierre n’a pas perdu la foi et la prière le happe souvent. Cet appel enfoui continue à résonner en lui et il reconnaît une certaine insatisfaction de ne pouvoir encore y répondre en acte.

 

C’est une rencontre qui va lui révéler son chemin. En 1977, Pierre est de passage dans l’Yonne, chez des amis très chers (Agnès et Bruno) qui retapent un vieux moulin. Pierre est contraint de partager son séjour avec un de leur cousin qui s’apprête à rentrer au séminaire le mois suivant. La première impression est loin d’être agréable… Il pense que cette compagnie va lui gâcher ses vacances et n’a qu’une envie, c’est de rentrer chez lui ! Pourtant, les jours passent et Pierre se voit comme dans un miroir. Cet homme l’appelle à devenir ce qu’il est vraiment : un homme de foi prêt à consacrer sa vie entière à Dieu.

 

Il se dit que cette rencontre ne peut être un hasard. Bouleversé et émerveillé, il prend contact dès le mois de septembre avec le supérieur du séminaire de Lille. Il demande à y entrer en septembre 1977. Comme Pierre est enseignant et qu’il est engagé auprès de ses obligations d’éducateur, il demande à suivre les cours du séminaire tout en poursuivant son métier de professeur.

Ministère

Il fait son insertion dans la paroisse de Solesmes et à l’aumônerie du collège Saint Michel. Il est prêtre à Solesmes entre 1985 et 1987. De 1987 à 1994, il est curé de Saulzoir, Haussy et Montrécourt. Puis curé de Bavay entre 1994 et 1998.

 

Il reste 11 ans au service de la paroisse Notre Dame d’Ayde (Jeumont, Marpent, Boussois, Recquignies) et de l’école Sainte Bernadette de Jeumont.

 

C’est en 2009 que Pierre arrive à Saint Jean du Mont d’Anzin. Pierre s’occupe de la pastorale de la santé, du MCR, du groupe des confirmands, du groupe des Parrains-Marraines, de l’équipe baptême, du catéchuménat, de l’équipe petite enfance...

 

L’abbé Pierre souhaite insister sur l’importance de la fraternité entre prêtres pour nourrir la vie de son ministère :

  • la rencontre régulière de son équipe de vie avec d’autres prêtres, une équipe qui est née au séminaire (à ce jour c’est leur 386ème rencontre). Ils se rencontrent pour relire leur ministère et échanger sur leur vie de prêtres.
  • La fraternité Charles de Foucauld : Ce sont prêtres diocésains qui veulent vivre leur ministère à la lumière du message de Frère Charles. Ils se retrouvent chaque mois, en petites fraternités pour un partage de vie, de réflexion et de prière commune.

 

Merci à Pierre de nous avoir livré un peu sa vie et de nous permettre de mieux le connaître. C’est l’année prochaine que Pierre fêtera ses 30 ans d’ordination. A vos calendriers pour marquer ce bel événement !

 

Article publié par • Publié Jeudi 17 avril 2014 • 1899 visites

Le temps de l'Eglise

Lectures du jour :

> Avec Messe Infos

Actualités de l'Eglise

Sortie de l’ouvrage : « Protection, délivrance, guérison »
A l’occasion de la publication prochaine par les éditions Mame du livre intitulé : Protection,...

Le Père Vincent Siret nommé recteur du Séminaire pontifical français de Rome
Le Père Vincent Siret, nommé recteur du Séminaire pontifical français de Rome.

Fête de la Saint-Martin : Rassemblement diocésain à Tours
A l’occasion de l’année Saint-Martin, un rassemblement diocésain se tiendra le jeudi...

Commentaires du dimanche 28 mai
28 mai 2017, 7éme dimanche de Pâques, commentaires des lectures bibliques, Marie-Noëlle Thabut,...

Homélie du dimanche 28 mai
Septième dimanche de Pâques

Haut de page